Christian Favre | Christian Favre – professeur
101
page-template-default,page,page-id-101,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Christian Favre – professeur

Christian Favre est professeur à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) depuis 1985 et donne parallèlement des masterclasses en Pologne, en Hongrie et en Suisse ; depuis 1994, il est maître invité chaque année à l’Internationale Sommerakademie Biel.

« J’ai eu le privilège pendant 35 années d’enseignement d’être en contact avec des personnalités riches, enthousiastes et passionnées de musique et suis heureux de constater aujourd’hui que la plupart d’entre eux rayonnent dans le monde musical comme interprètes, enseignants ou compositeurs.

Mon enseignement est le résultat d’une réflexion sur le rôle du pianiste dans le monde actuel. Avant l’arrivée des moyens d’enregistrement et de la radio, les compositeurs étaient les interprètes de leur musique et les musiciens étaient la plupart du temps également des compositeurs. Un des derniers représentants de cette longue tradition est Serge Rachmaninov. Dans le même ordre d’idée, le musicien idéal contemporain est à mon avis celui qui ressemble le plus au Kapellmeister du XVIIIème siècle, c’est à dire celui qui est capable d’improviser, de transcrire, de transposer, de composer, de jouer sa musique et celle des autres.

Lorsqu’un jeune pianiste vient étudier chez moi, je me pose deux questions : que va-t-il faire dans sa vie musicale et comment y parvenir. Les réponses dépendent des multiples paramètres qui constituent un être humain, que ce soit sur le plan physiologique, émotionnel, intellectuel, et tant d’autres. Cela implique de la part du professeur de l’intuition, de l’adaptation, de la compréhension, ceci dans le respect de la personnalité de l’étudiant. Chaque élève est un univers unique qui dispose d’un potentiel de développement qui lui est propre. Mon rôle est de le guider, de l’accompagner dans son évolution et de trouver les clés afin qu’il puisse se réaliser par lui-même.

Je n’aime pas imposer des règles ni utiliser des méthodes, car elles ne font qu’appauvrir l’éveil musical et le développement créatif. En revanche, j’aime le mot lien. C’est celui qui revient le plus souvent dans mes cours. Les liens entre les sons : le développement de l’écoute et du legato. Les liens entre les œuvres d’un même compositeur ainsi que de la même époque. Les liens entre les êtres humains : l’art de la communication. Les liens entre les sens et les sensations : l’audition, le toucher, les émotions, la liberté corporelle et le contact naturel avec l’instrument. Les liens entre les arts, l’histoire et la musique. Et enfin, peut-être le plus important, le lien entre son propre vécu et la musique. »

Christian Favre

Christian Favre avec Jean-Selim Abdelmoula

Christian Favre avec son élève Antoine Gilliéron – 2011

Christian Favre avec son élève Kristina Kosmina – 2014